ImarPress

La mode éthique, de plus en plus populaire auprès des entrepreneurs

Picture Organic Clothing: passion, mode, Ă©thique

Une jeune entreprise française bouleverse le paysage de la mode outdoor grâce à sa passion et ses convictions

Le succès est presque immédiat pour Picture, grâce à des vêtements techniques au design unique, original et très coloré

Cette article n’a pas pour prétention de résoudre la crise écologique que traverse notre planète depuis de nombreuses années déjà, ou même de faire la leçon à qui que ce soit. Cependant, les exemples d’entreprises tentant de freiner la dégradation de notre planète à leur échelle, et au travers de différents moyens, sont tellement intéressants qu’il nous est quasiment impossible de ne pas en mentionner.


L’un des secteurs dans lequel de plus en plus d’entreprises s’affairent pour des motifs écolos (mais avant tout économiques, business is business) est celui de la mode éthique. Nous allons citer par la suite plusieurs marques qui ont du succès dans ce domaine, mais nous allons avant tout nous concentrer sur une entreprise française en particulier, qui représente selon nous un mélange parfait de passion et d’ambition.


Mais avant de mettre à l’honneur cette entreprise (et pour faire monter un peu le suspens), procédons à un petit topo sur la mode éthique.


La mode éthique, qu’est ce que c’est ?


C’est un concept qui peut être inconnu pour certains, flou pour d’autre, et surtout inconcevable pour beaucoup. La mode, suivie de presque tous et pourtant tellement critiquée. Et dans de nombreux cas avec raison. Lorsque nous parlons de mode, il nous vient souvent à l’esprit des vêtements hors de prix produit à faible coût, l’exploitation de travailleurs par les grandes marques, et bien d’autres pensées négatives.


Les entreprises pratiquant la mode éthique essaient d’être à des années lumières de ces pratiques. Il est question pour elles de s’engager dans une démarche responsable d’un point de vu social et environnemental.


Sur le plan social, la mode éthique insiste sur le respect des droits de l’homme sur son lieu de travail. Cela recouvre l’interdiction du travail forcé et du travail des enfants, des conditions d’hygiène et sécurité respectées, une rémunération décente, entre autres. L’entreprise française Veja, producteur de baskets, sacs et accessoires, collabore étroitement avec le Brésil. Sa production est assurée par une usine dans le sud du Brésil qui respecte les normes de travail de l’Organisation Internationale du Travail.


Des éléments qui nous paraissent logiques et indispensables dans notre partie du globe, mais qui sont toutefois peu appliqués dans les pays où sont concentrés les sous-traitants des entreprises textile. Nous pouvons facilement nous rappeler les scandales ayant frappés certaines grandes marques suite à la découverte des conditions de travail dans leurs usines étrangères.


Au niveau environnemental, les entreprises entrent dans une démarche de développement durable en utilisant des matières dites écologiques comme le coton biologique, le chanvre ou encore la soie. Nous pouvons citer l’exemple de Patagonia, géant californien du textile outdoor, qui adopte le coton naturel pour confectionner ses collections depuis 1992. Il est aussi réputé pour reverser 1% de ses ventes, ou bien 10% de ses bénéfices, à des ONG écologistes.


Même histoire pour Veja dont le coton organique utilisé dans la production de ses produits est issu d’une coopérative du nord-est du Brésil, qui pratique une agriculture respectueuse de l’environnement, sans pesticides ou engrais artificiels. Même cas de figure pour son caoutchouc sauvage qui provient d’une coopérative qui opère dans la forêt amazonienne.


Les entreprises utilisent aussi des matières recyclées (les plastiques comme le PVC ou le polyéthylène) et tentent d’utiliser des processus moins consommateurs d’eau et d’énergie, et privilégient les moyens de transports de marchandise moins polluants afin de réduire leur empreinte écologique. C’est ce que fait la marque française Amaboomi en confectionnant ses produits entièrement à partir de plastique recyclé, de la fermeture éclair jusqu’à l’étiquette.


La mode éthique connaît aujourd’hui un fort développement, et il existe de nombreuses marques qui se prêtent au jeu. Même si certaines entreprises ont adopté cette pratique volontairement, beaucoup d’entre elles répondent à la demande d’un public de plus en plus consciencieux, qui réclame des produits écolos et des entreprises plus responsables.


La success-story auvergnate


Passer de la mode éthique à l’Auvergne peut paraître étrange, et pourtant le lien existe bel et bien. Cette région, située au coeur même de la France, est plus connue pour sa chaîne de volcan et les géants que sont Volvic et Michelin, et encore. Beaucoup pensent qu’en Auvergne, il n’y a que des auvergnats.


Préjugés mis de côtés, la région est le berceau d’une des entreprises qui se revendique de la mode éthique. Nous parlons de Picture Organic Clothing, étoile montante sur le marché du vêtement et de l’équipement des sports de glisse, la conscience écolo en plus.


L’entreprise a été créée en 2008, à Clermont-Ferrand, par un trio d’amis qui partagent une passion pour les sports de glisse et possèdent pourtant des profils très différents: Jérémy Rochette est architecte de formation, Julien Durant s’est formé dans une école de management et Vincent André venait d’obtenir son bac à la création de l’entreprise.


Les trois compères ont à l’époque décidé de plaquer leurs vies respectives afin de se lancer dans leur projet: créer une marque de vêtement outdoor respectueuse de l’environnement, c’est à dire conçue à partir de matériel organique ou recyclé.


Le succès est presque immédiat pour Picture, grâce à des vêtements techniques au design unique, original et très coloré. La dimension éthique y est aussi pour beaucoup, les produits étant composés à au moins 50% de coton naturel, à 50% de polyester recyclé et labélisés Öko-Tex Standard 100, qui certifie les qualités écologiques des vêtements. Malgré ce positionnement, Picture a pour ambition de fournir un produit écolo, avec la même qualité, et surtout, au même prix que la concurrence.


En 7 ans d’existence, l’entreprise n’a connu que des résultats positifs. Après un lancement initial en France et en Suisse, Picture s’internationalise et élargit sa distribution en Europe ainsi qu’aux États-Unis. Elle produit ses équipements inévitablement en Chine, ainsi qu’en Turquie, et produit même une ligne entière d’accessoire en France.


Picture ne se contente pas de proposer des produits aux designs flashys, mais innove aussi avec la mise au point d’items qui lui ont permis d’obtenir plusieurs distinctions lors de l’ISPO Munich, le salon leader international des articles de sport et de la mode sportive. Enfin, l’entreprise a atteint un chiffre d’affaires de 10,5 millions d’euros en 2014 et compte prés de 750 revendeurs à travers le monde, dont 250 sur le territoire français.


Tout cela a bien des allures de success-story.


La mode éthique indémodable ?


L’avenir s’annonce radieux pour les jeunes entrepreneurs de Picture. Leurs produits connaissent un certains succès grâce à leur authenticité, et parce que les trois riders surfent sur la vague de la mode éthique. Mais peut on réellement parler de vague ici ?


Les consommateurs savent ce qu’encours les futures générations si nous n’agissons pas et trouvons une alternative à nos modes de consommation. C’est pourquoi ils demandent du vert, de l’écolo, du durable. Des transports propres, des produits frais cultivés sans pesticides ou produits chimiques et des vêtements confectionnés avec des matières premières recyclées, dans des bonnes conditions de travail.


On ne va pas se mentir, la question des transports et de l’énergie occupent presque toutes les têtes. La mode éthique ne représentait qu’un peu plus d’un pour cent du chiffre d’affaires de l’industrie de la mode et du textile en 2014.


Les prévisions sont pourtant encourageantes pour ce secteur. En effet, les grandes marques sont conscientes de l’impact positif que peut avoir la mode éthique sur leur image et n’hésite pas à prendre la vague. C’est aussi l’opportunité pour les petites structures et les jeunes créateurs de se faire une place dans le monde du textile, notamment grâce à la multiplication des points de ventes et de la vente en ligne. Les prévisions très optimistes annoncent même une occupation de 5 à 15% du chiffre d’affaires total du textile en 2015.


Alors simple vague, la mode éthique ? Ou bien un bonne couche de poudreuse sur laquelle on peut surfer encore et encore ? Demandez aux fondateurs de Picture, ils ont l’air d’avoir trouvé la réponse.


*Les liens proposés n’ont pas pour but de vous inciter à acheter les produits des marques. Ils sont ici seulement dans le but de vous permettre d’en savoir plus sur ces entreprises responsables.

En savoir plus sur les Lauréats BID: