BID

The Quality Series presente:

Engineering and Machining Precision, de Tunisie, fabrique, conçoit et teste des pièces pour les industries aérospatiale et automobile, entre autres

La “Course Spatiale” attire de plus en plus d’acteurs privés. Les fusées réutilisables seront le prochain enjeu majeur.


Les lanceurs spatiaux réutilisables sont le Saint Graal pour l’industrie spatiale
En 2015, l’entreprise tunisienne Engineering and Machining Precision a fêté sa cinquième année de production, de conception et d’essais de produits de haute précision pour les industries aérospatiale, électronique et automobile. Son développement a été marqué par son engagement envers la qualité totale et une amélioration constante. Il est plus qu’intéressant pour une entreprise d’évoluer dans ces trois secteurs, étant donné le rythme soutenu auquel les avancées technologiques sont effectuées. Dans le secteur aérospatial en particulier, beaucoup de ces avancées sont provoquées par l’entrée d’entreprises privées dans le domaine des lanceurs spatiaux.

LA FRONTIÈRE ULTIME TRAVERSÉE POUR LA PREMIÈRE FOIS PAR UN CHIEN


L’ère spatiale a débuté en octobre 1957 avec la mise en orbite de Sputnik par l’Union Soviétique. Le satellite n’était pas plus grand qu’un ballon de plage et prouvait que la technologie soviétique était ce qu’il se faisait de mieux. La course a l’espace était lancée.

L’Union Soviétique n’a pas seulement mis un satellite en orbite avant les États-Unis ; elle s’était aussi assurée que Sputnik émette un signal régulier depuis son transmetteur radio afin de rappeler à tout le monde, et surtout aux américains, ce qu’ils avaient accompli. Le satellite gravitait si près autour de la terre, que n’importe qui pouvait le voir se déplacer la nuit avec un ciel dégagé et une paire de jumelles.

Les soviétiques ont remis le couvert un mois après en envoyant un chien dans l’espace. Le fameux terrier du nom de Laika fut le premier être vivant envoyé en orbite. Elle a survécu plusieurs heures, assez de temps pour effectuer le tour de la planète quatre fois. Quelques comiques du monde anglophone se sont amusés à la baptiser “Muttnik”, (« mutt » signifiant « chien bâtard » + le suffixe -nik), calembour de « Spoutnik ».

Les américains ont essayé de reproduire la réussite des soviétiques avec leur propre lancement en décembre 1957. Au lieu de surpasser leurs rivaux, les américains ont été spectateurs de l’explosion de leur fusée au décollage. Ce n’est qu’un mois après qu’ils sont parvenus à mettre un satellite en orbite, en utilisant la technologie des fusées développée par les allemands durant la Seconde Guerre Mondiale, tout comme l’avaient utilisée les soviétiques.

Au cours des trois années suivantes, les deux nations ont lancé des dizaines de fusées dans le but de placer des machines en orbite et de prendre des photos de la lune. Beaucoup de ces lancements ont échoué, mais ceux qui ont abouti ont permis de récolter de nouvelles informations sur la composition de notre atmosphère. Ils ont aussi permis de prendre des clichés depuis une nouvelle perspective, notamment de la face cachée de la lune.

UNE ENTREPRISE PRIVÉE DEVIENT UN ACTEUR MAJEUR DU VINGT-ET-UNIÈME SIÈCLE


Chaque année, de plus en plus d’entrepreneurs investissent dans le domaine de la navigation spatiale et se retrouvent en concurrence avec les agences spatiales gouvernementales. Un de leurs défis est de faire face au coût important que représente la construction d’une fusée conçue pour une seule utilisation. Le Saint Graal de l’industrie est l’élaboration d’un lanceur spatiale réutilisable. La plupart des experts de l’industrie estiment que cette option permettrait de réduire les coûts de lancement de 80 à 90%. United Launch Alliance a donc annoncé en avril 2015 que le moteur du premier étage de sa prochaine génération de fusée Vulcan sera réutilisable.

Son PDG, Tory Bruno, a déclaré que “nous les ferons revenir sur terre [...] nous les enverrons à l’usine pour les contrôler et les remettre dans une nouvelle fusée pour le décollage”. Blue Origin, entreprise fondée il y a 15 ans par Jeff Bezos, produit des moteurs pour United Launch Alliance, mais développe aussi ses propres fusées réutilisables. Alors que les lanceurs de United Launch Alliance seront récupérés en plein air, ceux de Blue Origin effectueront des atterrissages. Bezos explique que, “Nous sommes partisans des véhicules à décollage et atterrissage verticaux. Nous avons choisi ce format car il peut s’adapter à des véhicules de grande taille”. Les entreprises consacrées au tourisme de l’espace comme Virgin Galactic et XCOR Aerospace travaillent quant à elle sur les avions spatiaux réutilisables. Comme ces deux entreprises effectuent des vols suborbitaux et que leurs appareils se rapprochent plus des avions que des fusées, les défis auxquels elles doivent faire face paraissent moins imposants. Enfin, Airbus développe une fusée capable d’atterrir sur une piste d’atterrissage. Son modèle est celui qui sera utilisé sur la fusée Ariane 6 de l’Agence spatiale européenne, bien qu’il soit aussi compatible sur d’autres lanceurs. SpaceX, l’entreprise de l’entrepreneur Elon Musk, développe elle aussi un lanceur réutilisable d’atterrissage vertical.

Il existe cependant des doutes sur les avantages et les inconvénients que présentent les atterrissages verticaux et sur piste. Le premier inconvénient de l’atterrissage vertical est que la fusée demande une quantité considérable de carburant pour amortir sa descente, ce qui réduit la taille de la charge transportable. L’avantage est que son développement est déjà bien avancé et que les fusées ne disposent pas d’ailes trop grandes. Cela permet donc la construction de lanceurs de plus grande taille.

L’INDUSTRIE HIGH-TECH VA DE PAIR AVEC FOURNISSEURS HIGH-TECH


Une entreprise comme EMP qui conçoit, construit et fait ses propres essais, est précieuse pour les entreprises aérospatiales
Peu de secteurs sont autant concernés par la sécurité que l’aérospatiale et l’automobile. Et peu d’entre eux nécessitent autant de précision que l’électronique. En Tunisie, Engineering and Machining Precision (EMP) se consacre à ces trois secteurs en développant et en produisant des pièces pour des clients nationaux et internationaux.

EMP a débuté ses activités en 2010 et s’est déjà fait une réputation chez certains clients comme Zodiac Aerospace, Hutchinson, Sagem et Dytech, grâce à la qualité de sa production. L’entreprise a obtenu la certification ISO 9001 et est en passe d’obtenir la certification EN9100.

Cette entreprise s’est engagée à suivre un programme d’amélioration de la qualité continue en se consacrant au développement de ses ressources humaines. Les jeunes employés de EMP sont préparés à faire face à des futures responsabilités en suivant une formation de management intensive. L’entreprise privilégie aussi la participation de ses clients dans l’élaboration, la recherche et le développement de ses produits afin d’augmenter la qualité et de réduire le temps de développement et production. À l’heure de fabriquer ses produits, EMP dispose d’un centre d’usinage 4 axes et de deux centres d’usinage 3 axes. À cela s’ajoutent deux tours CNC dont une avec un axe C, un dispositif d’usinage par électroérosion, deux fraiseuses universelles et une tour mécanique.

EMP investit aussi beaucoup de ressources dans le domaine de la technologie et des logiciels. Ses ingénieurs utilisent les programmes CATIA, SolidWorks et Mastercam, ce qui leur donne la possibilité de concevoir et fabriquer un large éventail de pièces. L’entreprise n’utilise pas seulement des machines à contrôle numérique de pointe, mais possède aussi son propre laboratoire de contrôle de qualité permettant de procéder à des améliorations tout au long du processus de montage.

En plus de la fabrication, EMP se charge de la conception, de l’ingénierie et des essais des pièces nécessitant le plus haut degré de précision dans l’industrie. L’entreprise fournit des conseils techniques, des prototypes et la production finale, ce qui lui permet d’aider n’importe quel client à convertir ses idées en réalité.

Le comité de sélection de BID a été très impressionné par l’importance accordée par l'entreprise au développement de ses ressources humaines, par son processus de conception et fabrication et aussi par son approche collaborative afin de répondre aux besoins de ses clients. Grâce à son engagement envers l’amélioration constante de la qualité, EMP a été sélectionné afin de recevoir le Prix BID Quality Crown 2015 à la Convention de Londres.

A PROPOS DE BID ET LE PRIX INTERNATIONAL QUALITY CROWN:


BID est une organisation privée et indépendante fondée en 1984, dont la principale activité est la communication professionnelle orientée vers la qualité, l’excellence et l’innovation dans le domaine de la gestion. Leader dans la diffusion de la Culture de la Qualité, BID reconnaît les entreprises et organisations impliquées dans les plus importantes activités dans le monde des affaires et est considérée comme étant l’organisation fondatrice concernant la Culture de la Qualité, de l’Excellence et de l’Innovation dans 179 pays. Le trophée symbolise l’engagement envers les principes de la Culture de la Qualité. Le Modèle du QC100, Total Quality Management, ainsi que le programme du Quality Mix, représentent la couverture médiatique de la convention. Leur impact sur la communauté et le secteur professionnel créent une plateforme sans égal de l’amélioration continue au sein de l’organisation et de la reconnaissance des réussites de l’entreprise au niveau international.

Les Prix sont uniquement remis à ceux qui sont prêts à s’engager à améliorer la Culture de la Qualité basée sur les príncipes du Modèle QC100, Total Quality Management. Les candidats sont proposés par les représentants des anciens lauréats qui les considèrent comme étant dignes de recevoir le Prix. Les candidats particulièrement méritoires peuvent aussi être récompensés. Par la suite, la Comité de Sélection du Prix International à la Qualité de BID choisit les entreprises lauréates, lesquelles recevront le Prix à New York, Paris, Genève, Francfort, Madrid ou Londres.

ABOUT BID AND THE INTERNATIONAL QUALITY CROWN AWARD:


BID is a private and independent organization founded in 1984, whose primary activity is business communication orientated towards quality, excellence and innovation in management. A leader in the broadcasting of Quality Culture, BID recognizes those companies and organizations which lead the most important activities in the business world, and is considered the founding organization in the broadcasting of the Culture of Quality, Excellence and Innovation in 179 countries. The trophy symbolizes a pledge to the principles of Quality Culture. The QC100 Total Quality Management Model, together with the Quality Mix program, media coverage of the convention and its impact on the community and business sector, create an unmatched platform for continuous improvement within the organization and awareness of the achievements of the company at an international level. Awards are given only to those who are committed to improving their Quality Culture based on the principles of the QC100 Total Quality Management Model. Candidates are proposed by the leaders of previously awarded companies who they consider worthy of the award. Especially meritorious candidates may also be nominated. The International BID Quality Award Selection Committee then chooses the winning companies who will receive the award in New York, Paris, Geneva, Frankfurt, Madrid and London.

En savoir plus sur les Lauréats BID: